Inscrivez-vous avec votre adresse e-mail* pour être la première à connaître les nouveautés de « Tous les Bonheurs ». Merci
*Vous recevrez un mail de confirmation à valider, vérifiez vos courriers indésirables !

COCON

RESTEZ CHEZ VOUS

Mes chers lecteurs, cela fait bien longtemps que je n’ai pris la plume sur mon blog, mais par les temps qui courent j’ai envie de revenir vers vous pour partager tout ce qui me vient en tête concernant cette période un peu « dingue » que nous traversons ensemble !

Tout d’abord, mon titre d’article n’est pas anodin : COCON ?

Il m’est venu instinctivement car il représente l’abréviation de deux mots qui sont fortement à l’ordre du jour : CO comme CORONAVIRUS et CON comme CONFINEMENT.

Mais encore, si l’on prend le synonyme de COCON l’on constate que cela veut dire : ABRI !

Se mettre à l’abri de ce virus, c’est bien là le mot d’ordre de toutes les nations du monde à l’heure actuelle !

Nous aurons vu passer un peu de tout sur les réseaux sociaux ces derniers temps : de l’humour et il en faut ! Et merci à certains qui ont de l’imagination pour nous faire décrocher un sourire derrière nos smartphones qui plus que jamais jouent un rôle fédérateurs dans nos vies distanciées.

Des infos à tout va sur les précautions à prendre pour éviter la contamination. Nous avons tout compris des règles obligatoires certes, mais comment à présent démêler le vrai du faux ?                                                                                                                                                                                                                                                            De la propagation par le postillon nous sommes passés à la contamination par nos bottillons. Il ne s’agit plus d’êtres distants les uns des autres, mais de ne plus fouler les rues de nos villes…Les objets, les rampes, les poignées de portes, les molécules dans l’air…Nos vies se joueraient à la roulette russe ? Avoir été au mauvais endroit au mauvais moment !

Et les autres infos ? Celles qui vont chercher la conspiration des biologistes créateurs du virus quelques années auparavant ? Celles des laboratoires pharmaceutiques avides de décrocher le contrat juteux d’un futur vaccin au détriment de médicaments existants sur le marché depuis cinq décennies ?

RESTEZ CHEZ VOUS !

Restez chez vous ne veut pas dire TAISEZ-VOUS !

Quelques plumes d’écrivains ont circulé dans nos messages pour décrire nos sociétés ébranlées par ce petit machin.

Les plus grandes puissances mondiales sont en ARRET SUR IMAGE. Tout ne se joue plus en bourse mais dans le contenu de nos courses pour tenir en autarcie quinze jours, trois semaines, un mois ?

Les rues vides, les magasins fermés, les transports réduits…  L’ÉCONOMIE du monde s’est mise en arrêt maladie ! Mais MALADES, nous l’étions bien avant ce petit virus.

Avez-vous pris conscience de la tranquillité qui règne dans nos villes ?                                                                                                                                                                           Je ne sais pas pour vous, mais moi je l’entends ce cri d’oiseau qui n’est plus masqué par les klaxons de voitures. Je reçois ce brin d’air frais dans l’entrebâillement de ma fenêtre et qui semble ne plus transporter la pollution de la circulation. Les rares fois où je suis descendue faire mes courses, j’ai apprécié ce vide et la sensation de redécouvrir mon quartier sans l’empoisonnement d’un brouhaha incessant nuisible à nos oreilles. J’ai aussi apprécié de ne circuler que pour l’élémentaire, me ravitailler !                                                                                                                                                                                                                                                                                      Il n’est plus question de se pencher sur la vitrine de fringues de l’enseigne machin chouette, de faire un détour chez Sephora pour un mascara, de filer chez Darty pour un câble USB, de trainer en parapharmacie pour dénicher un shampoing revitalisant où de s’installer à la terrasse bruyante d’un café pour commander son expresso…

Est-ce que cela me manque ? NON !                                                                                                                                                                                                                                      J’aurais je pense, le jour venu, la hantise de ce retour à la vie normale: Le bruit, la course des piétons sur l’asphalte, la circulation, la surconsommation, la tentation, le manque de temps…

Je sais, ce CORONAVIRUS n’a rien d’un enfant de cœur. Et je ne l’oublie pas au moment où je vous écris, car comme nous tous, je reste chez moi et j’obéis rigoureusement aux consignes. Mais je m’interroge aussi sur le bénéfice à tirer de cette affliction. Pour la première fois de notre histoire, nous sommes des nations entières à êtres éprouvées par le même danger au même moment, et dans cette réflexion commune trouverons-nous les bonnes réponses ?

D’ici quelques temps et passé le danger, après le défilé de grands professeurs, urgentistes, virologues sur nos plateaux de télévision, nous aurons droit au ballet d’éminents économistes discutaillant sur la crise économique causée par cette pandémie et comment s’en relever ? Plein gaz à nouveau pour faire remonter les valeurs boursières…

Nous aurons aussi les promesses d’un futur vaccin, l’attribution d’un certain budget gouvernemental pour les hôpitaux, l’anticipation d’une meilleure gestion de crise du prochain virus…

Par contre, ce que j’attends vivement sur nos antennes, ce sont les climatologues. Seront-ils présents pour nous rendre compte de la baisse d’une pollution planétaire suite à un tel répit d’activité ?                                                                                                                                                                                                                                                                                                              La non circulation des voitures et des transports en commun, l’arrêt des usines non élémentaires aux besoins du quotidien, la cessation des vols internationaux, l’immobilité des transports maritimes, la diminution de la consommation de gasoil, essence, électricité auront-ils eut un tant soit peu l’impact souhaité sur ces quelques degrés menaçants du réchauffement climatique ?

Y aura-t-il cette prise de conscience qu’un ou deux mois de non activité essentielle sur notre planète aura eue très certainement des effets bénéfiques ? Y aura-t’il cette prise de conscience que « ce répit d’intensité économique » reconduit tous les ans, dans tous pays confondus et en même temps, sera une pierre à l’édifice pour nous sauver de la catastrophe, comparée à ce petit virus ?

Je m’amuse de « la journée sans voiture » instaurée une fois par an dans Paris par Madame HIDALGO !

Je crois que ce que nous devons comprendre et entendre, car ce virus a quelque chose à nous dire:

COMPRENDRE cette leçon d’humilité. Toi petit virus, tu nous as confinés pour mieux nous démontrer que l’air que nous respirons est invivable !

ENTENDRE cette leçon d’humanité. Toi petit virus tu nous as isolés pour mieux entendre les voix qui s’élèvent à travers le monde pour décrier notre mode de vie.

Rechercher l’immunité contre toi petit virus ne nous sortira pas de l’impasse dans laquelle nous nous trouvons. Ton message est bien plus fort !

« Retournez aux valeurs essentielles. Tous les jours vous en serez incapables, mais au moins une fois par an ! »

Les religions ont su instaurer le Jeun, l’abstinence, le repos absolu…

INSTAUREZ la non circulation, la non distribution, la non consommation sur toute la planète pour une durée intelligente et à une date anniversaire !

NE M’OUBLIEZ PAS, je suis votre sauveur de conscience…

Hommage à tous les soignants, les aides soignants, les bénévoles, l’armée, la police… Pensée à tous ceux qui travaillent pour nous permette de rester à l’abri… Prière à tous ceux qui se battent contre cette infection pour rester en vie…une bougie pour ceux qui sont partis emportés par cette pandémie…

 

 

signature

Aucun commentaire pour l'instant.

Qu'en pensez-vous ?